Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de youpidou.over-blog.fr
  • : Voici un blog présentant les découvertes culturelles de youpidou, jeune et joyeuse étudiante parisienne, aimant la littérature, le cinéma et les arts. Vous trouverez ici de quoi vous donner des idées de lecture, chose à voir ou à faire.
  • Contact

Ce que je lis en ce moment

 

9782253125723FS.gif

 

Le rapport de Brodeck,

de Philippe Claudel,

aux éditions Le Livre de Poche.

Recherche

Archives

20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 12:33

Pour ceux qui ont aimé le style de Carlos Ruiz Zafon (CF l'article L'Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon ) voici un autre roman que vous dévorerez : Le treizième conte de Diane Setterfield.

 

21224145.jpg

 

Vida Winter est une célèbre auteur en Grande Bretagne. Mais, personne ne sait rien de certain sur sa vie personnelle. Vivant dans un manoir à l'écart du monde, elle a donné à chaque interviewer une biographie différente. Si bien, que lorsque l'auteur, proche de la mort, décide de faire écrire sa biographie à Margaret Lea, celle-ci se méfie des histoires sorties tout droit de son imagination et réclame la simple vérité. Margaret Lea travaille dans la librairie de son père. Il possède une ancienne version d'un roman de Miss Winter : Les treize contes de la métamorphose et du désespoir. C'est le seul exemplaire portant ce titre. Le titre final étant Contes de la métamorphose et du désespoir. Mais, en le lisant, Margaret se rend compte qu'il n'y a que 12 contes. Quel était le 13ème ? Pourquoi n'est-il pas paru ? Fascinée par l'auteur, elle est bien déterminée à obtenir toute la vérité, mais la tâche se révèle d'autant plus difficile, que son propre passé vient s'y mêler.

 

AVT2_Setterfield_8222.jpegCe roman est le premier et unique de Diane Setterfield. Sortie en 2006 en Grande Bretagne, il est immédiatement devenu un best-seller, se classant premier du New York Time Book Review du 8 octobre 2006. En France, il est publié dès janvier 2007 chez Plon. On peut désormais aussi le trouver chez France Loisirs et Pocket. Le cadre et le style d'écriture reflètent l'auteur. Diane Setterfield vit en Angleterre à Harrogate dans le Yorkshire. Elle est spécialiste de littérature française, notamment d'André Gide, sur lequel elle a fait sa thèse. Elle donne des cours sur cet écrivain à l'université de Mulhouse.

 

Si je compare ce roman à L'ombre du vent de Zafon, c'est que, tout comme lui, il mêle la vie réelle et l'imaginaire, que, tout comme lui, il aborde l'univers du livre, des librairies, des écrivains, que, tout comme lui, il y a une histoire dans l'histoire, que, tout comme lui, il mêle le genre gothique, au genre romantique en y ajoutant du suspens, cette fois-ci bien plus anglo-saxon.

 

medium_1293964957.jpg

 

Ce roman est complet et envoutant. Je vous ai donné un aperçu de l'histoire au premier niveau. Mais le mystère et le suspens se retrouve dans les histoires du passé des deux personnages, plus ou moins imaginaires. C'est à nous de démêler le vrai du faux, de mener l'enquête comme le fait Margaret. On découvre donc la sordide histoire de la famille Angefield, qui habite un manoir isolé, sur trois générations. On y trouve un frère amoureux de sa soeur, des jumelles étranges et violentes, des morts, des mensonges, un incendie, de faux fantômes, de vrais cadavres, etc. Voilà un aperçu de ce que le lecteur devra affronter pour connaitre la vérité. Vérité, qui ne sera révélé qu'à la toute fin, et sera totalement imprévisible et bluffante.

 

 

Voilà donc un de mes romans préférés, que je conseille à tous ceux qui aime qu'on leur raconte des histoires, qui aiment l'imaginaire et le mystère.

Bonne lecture !

 

 

Sources :

- www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259205443

- fr.wikipedia.org/wiki/Le_Treizième_Conte

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 17:21

 Voilà longtemps qu'il me faisait de l'oeil en librairie. Je l'ai enfin acheté... Et déjà fini ! 2 jours pour 250 pages. Cela faisait longtemps (façon de parler) qu'un roman ne m'avait pas emporté ainsi.

Je vais vous parler du livre de Katarina Mazetti : Le mec de la tombe d'à côté.

 

book cover le mec de la tombe d a cote 49180 250 400

 

Désirée, bibliothécaire, se rend régulièrement sur la tombe de son mari, mort trop tôt. Citadine et intellectuelle, elle vit dans un appartement tout blanc, et suit la tendance écolo. La tombe voisine de son mari l'agace par ses fioritures indécentes. Benny, lui, est agriculteur. Depuis la mort de sa mère il vit seule avec ses 80 vaches laitières. Quand il le peut, il se rend au cimetière de la ville pour entretenir la tombe de ses parents. La tombe voisine le choque. Une pierre brute et nue. C'est donc au cimetière que ce rencontre ses deux personnages que tout oppose. Mais par un bizarre hasard, un jour, ils se sourient. Ce sourire est le début d'une histoire d'amour.

 

201102061372_w350.jpg

 

Bâti sur les points de vus successifs des deux personnages, ce roman nous pose la question du choc culturel entre classe sociale. Malgré leurs attentes et modes de vies différents, l'attirance physique se transforme en passion amoureuse. Jusqu'où l'amour peut-il réduire ce fossé culturel ? Ce roman est à la fois très drôle et  tendre. Les chapitres y sont plutôt court mais insuffle un rythme de lecture au texte. Quand on le commence, on ne s'arrête pas ! Nous avons trop envie de savoir comment cette histoire d'amour impossible va se terminer.

 

katarina-mazetti.jpgNée en 1944, Katarina  Mazetti est journaliste à la Radio Suédoise et auteur de livres jeunesse et adulte. C'est Le mec de la tombe d'à côté qui la fait connaitre. Il s'est vendu à plus de 450 000 d'exemplaires en Suède. Un gros succès ! Ce qui explique ses nombreuses traductions depuis. En France, il est paru aux éditions Gaïa, ainsi que dans la collection Babel, d'Acte Sud. On le trouve aussi en audio livre chez Audiolib. En mars 2011, est sorti la suite Le caveau de famille. Vous trouverez en fin d'article la bibliographie de l'auteur.

 

Ce best-seller a été adapté au théâtre. Je ne suis pas allée voir le spectacle, mais il a eu un bon succès puisque ça fait presqu'un an qu'il se joue à travers la France. Adapté par Alain Ganas, avec Sophie Broustal et Marc Fayet dans les rôles de Désirée et de Benny, l'histoire se déroule cette fois-ci en France. Voici la BA  (elle vous donnera, par là même un aperçu de certaines scènes du roman) :

 

 

En somme, voici une bonne idée de lecture et/ou de spectacle léger, drôle et tendre. Une histoire que je conseille.

 

Pour ceux qui désirent voir le spectacle, il se jouera à partir du 3 Mai 2011 au théâtre des Bouffes Parisiens. Pour les réservations : www.bouffesparisiens.com

 

mgquse75.jpg

 

 

Bibliographie des livres en version française de Katarina Mazetti :

- Le caveau de famille

- Le mec de la tombe d'à côté

- Entre Dieu et moi, c'est fini

- Les larmes de Tarzan

- Entre le chaperon rouge et le loup, c'est fini

- La fin n'est que le début

 

 

Source :

www.gaia-editions.com

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 23:06

Voici un très beau premier roman : Histoire de l'Oubli par Stefan Merrill Block.

 

9782253158189-G.jpg

 

L'histoire est celle d'un adolescent surdoué, Seth, dont les rapports humains sont chaotiques même avec sa famille. Il n'a d'ailleurs que ses parents. Mais quand on diagnostique un Alzheimer familial  précoce chez sa mère, et son père sombrant dans l'alcool, il n'a plus personne. Comprendre cette maladie devient alors une obsession. La variante dont est touchée sa mère étant héréditaire, il part à la recherche de ses origines. A des centaines de kilomètre de là, Abel, vieil ermite bossu, passe au contraire son temps à se souvenir. Se souvenir de son amour impossible pour sa belle-soeur.

 alzheimer21-7593861.jpg

 

Cette histoire est effectivement celle de l'oubli, de ses avantages pour le malade, de ses inconvénients pour ceux qui se souviennent. L'auteur décrit non seulement la maladie, mais aussi ses divers effets. Mais, attention, si l'oeuvre est très bien documenté, la variante d'Alzheimer familial qu'il décrit dans le roman est fictive. Ce roman est très structuré.  Bâti sur l'alternance des points de vu de Seth puis d'Abel, le roman repose aussi sur des secrets de familles dignes des grandes sagas. Une autre partie importante du livre est la reconstitution de l'arrivée et de la propagation de la maladie dans la famille de Seth. A cela se mêle une part de merveilleux, de celui qui nous permet de nous évader de nos vies et qui nous permet de tenir tout les jours, à travers la légende du pays d'Isidora.

 

stefan-merrill-block-histoire-de-l-oubli

 

stefanCe roman est le premier de Stefan Merrill Block. Ce jeune auteur est né en 1982 et a grandi au Texas. Aujourd'hui il vit à Brooklyn. Quand il publie Histoire de l'Oubli en 2008, il a 26 ans. Ce qui n'empêche pas l'américain de remporter le prix du Meilleur Premier Roman au Festival International de Littérature de Rome en 2008. En France, c'est chez Albin Michel et le Livre de Poche que  l'on peut trouver ce roman. Durant l'été 2011, Stefan Merrill Block sortira son deuxième roman The storm at the door (La tempête à la porte).

 

En somme un roman que je conseille. Et ce dès l'adolescence, puisque le langage est adapté au personnage adolescent. Son coté surdoué, ne se perçoit que sous la forme d'explication plutôt fantaisiste et scolaire. Ce roman peut être une première approche à la maladie et peut aider certain enfants à comprendre pourquoi leurs grands-parents les oublis. Pour les adultes, je le conseille aussi en tant que première approche de la maladie. C'est bien plus divertissant qu'une livre scientifique sur le sujet. De plus, le sujet est traité de façon très sobre et vibrante, très humaine.

 

 

Voici un très joli roman, qui nous ouvre les yeux sur la mesure du temps de nos vies.

 

 

Alzheimer 1

 

 

Source :

stefanmerrillblock.com

 

Lien :

www.francealzheimer.org

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 10:55

Voici une oeuvre rentrée dans l'imaginaire général : l'histoire de Dorian Gray, dont le portrait vieilli à sa place. Pourtant, cette histoire est assez récente. Oscar Wilde la écrite en 1891. Présentation :

 

1230201934_albert_lewin_le_portrait_de_dorian_gray.jpg

 

Dorian Gray, âme pure et corps parfait, est en âge de rentrer dans le monde. Il fait le rencontre du peintre Basil Hallward qui le prend pour modèle. Le portrait est un chef d'oeuvre, la plus belle toile que le peintre ai  jamais faite. Mais un ami de Basil, Lord Henry, connu pour ses propos cynique sur la vie mondaine, fait remarquer au jeune homme que sa beauté lui ouvrira toutes les portes et qu'il faut en profiter avant qu'elle ne parte. Placé en face de sa perfection, Dorian réalise les possibilités qu'elle lui offre et fait le voeu fou que le tableau vieillisse à sa place. Par on ne sait quel tour il se réalise et chaque débauche et crime de Dorian altère le tableau. Au point qu'il finit par le cacher et le consulte régulièrement pour constater la décadence de son âme. Car Dorian a fait le choix de profiter du phénomène et mène à la fois une vie de dandy dans les quartiers élégants de Londres, et une vie de débauche dans les bouges du port entre opium et femmes.

 

affiche Portrait de Dorian Gray 1944 1dorian gray-copie-1

 Adaptation de 1945 et adaptation de 2009

 

Ce roman fantastique est une réflexion sur le beau dans tous ses aspects : esthétisme, moral, art, hédonisme. Tout ses propos viennent essentiellement de Lord Henry, le mentor de Dorian. Le côté fantastique, l'action plaira à tous, mais le côté théorisation philosophique est moins abordable. Le rythme du récit ralenti sur ses passages et le style d'écriture en devient difficile à lire. Les lecteurs habitués au style du 19ème siècle n'auront aucune difficulté et je leur conseille cette oeuvre. Mais les autres risquent de butter sur certains passages. Je conseille tout de même de la lire, quitte à sauter les difficultés. Pourquoi ? Parce que l'histoire vaut vraiment le coup. C'est le chef d'oeuvre d'Oscar Wilde.

 

220px-Oscar Wilde portraitOscar Wilde ? Né en 1854 en Irlande et mort en 1900 à Paris, il vient d'une famille aisée et lettrée. Le père est un chirurgien réputé et la mère une femme de lettres engagée dans la lutte irlandaise. Il a fait ses études à Oxford et remporte en 1878 le Newdigate Prize pour son poème Ravenna. Personnage excentrique, il se déclare un génie et se comporte en dandy, d'où les cheveux longs. Il adhère au mouvement "esthète", à la recherche du beau et y développe ses théories. Aux EtaCs-Unis, il prend part au féminisme en tant que rédacteur en chef du magazine The Woman's World. Puis, il s'installe à Londres, où il mène une vie aux croisements de celles des personnages de Dorian Gray et Lord Henry : il choque la société mondaine par ses extravagances et son cynisme. Son homosexualité affichée avec Lord Alfred Douglas, lui vaut 2 ans de travaux forcés. Enterré au Père-Lachaise, Oscar Wilde ne laisse personne indifférent. Un hommage lui est rendu dans sa ville natale sous forme de statue.

 

P1030310-500

 

Le personnage fascine et les théories esthétiques sont toujours d'actualités. Ce qui explique la dizaine d'adaptation cinématographique de l'oeuvre. Ses adaptations seront plus abordables à ceux qui n'ont pas le temps de lire, ou encore ceux qui ont du mal avec le style d'écriture. La version la plus connu date de 1945 et est réalisée par Albert Lewin, avec Hurd Hatfield et George Sanders. Voici la bande-annonce (désolé je ne l'ai trouvée qu'en anglais) :

 

 

 

La version la plus récente est celle de 2009, réalisé par Oliver Parker avec Ben Barnes et Colin Farrell. Attention ! Cette version a subit d'importantes modifications. Je ne conseille de le voir qu'une fois l'oeuvre lu. Mais, si le scénario est modifié, il est néanmoins cohérent. Et surtout Ben Barnes est parfait dans le rôle. Il faut dire que personne ne peut contester sa beauté ! J'ai pris du plaisir à voir ce film simplement à regarder l'évolution de son visage. Les alternances entre le jeune candide et le dandy. Voici la bande-annonce, toujours en anglais :

 

 

 

En somme, une oeuvre que je conseille, sous quelques supports quelle soit, car elle fait parti intégrante de l'imaginaire collectif.

 


Source :

Biographie de l'édition Pocket,

série classiques,

du Portrait de Dorian Gray, d'Oscar Wilde.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 22:43

J'annonce cet article n'est pas un éloge. Je vais vous donner mon avis sur le best seller Indignez Vous !

 

9782911939761.jpg

 

Qui n'a pas entendu parler de ce petit livre de 29 pages (concrètement 7 pages recto-verso à lire) ? Personne, bien entendu ! Avec un plan média aussi important, et sa modique somme de 3€, pas moyen d'y échapper. Je vous rappelle le propos du livre ainsi que la biographie de son auteur :

 

585009_france-europe-africa.jpgStéphane Hessel est né en 1917 dans une famille qui fréquente l'avant-garde parisienne. Il entre à l'Ecole normale supérieur en 1939 et la guerre éclate. En 1941, il rejoint le France libre à Londres et travaille au Bureau de contre-espionnage, de renseignement et d'action (BCRA). En 1944, il retourne en France avec pour mission de préparer le débarquement allié. Il se fait arrêté par la Gestapo et subit interrogatoires et tortures avant d'être envoyé au camp. Il parvient à s'échapper 2 fois avant de réussir à retrouver sa famille. En 1946, il devient diplomate au ministère des Affaires étrangères. Il exerce d'abord aux Nations Unies et participe à l'élaboration de la Déclaration  Universelle des Droits de l'Homme, adopté en 1948.

 

Ce livre, très court, est proche d'un discours de mémoire autobiographique dont l'idée maitresse serait, le désormais célèbre : "Indignez-vous !". L'auteur commence par dire qu'il est en fin de vie et qu'il veut nous rappeler ses années de résistance. Il nous rappelle que nous devons notre société à cette période difficile et à des gens courageux comme Jean Moulin, etc. Il fait constamment un parallèle avec notre société actuelle, où nous sommes trop passifs. Il annonce sa solution, l'indignation et donne des raisons de le faire : l'écart de richesse qui se creuse, l'état de la planète. Mais il insiste surtout sur le problème palestinien. Il prône une insurrection pacifiste.

 

 

Voilà en somme ce qu'aborde ce petit livre. Je dois dire que j'ai été déçu. On annonçait un livre "coup de gueule", j'y vois un adieu à son temps, un résumé des précédents ouvrages, notamment de ses mémoires. Rien de nouveau là-dedans. Il a même réussi à m'énerver : il nous prend à parti, nous sommes de nous indignez mais aucune solution apportée, même pas une piste. Ce n'est qu'un coup de pied dans la fourmilière. De part son contenu j'ai vraiment été déçu.

 

C'est, bien sûr, intéressant d'avoir le point de vue d'un ancien sur notre temps, car il y est extérieur et juge selon des valeurs plus anciennes, tandis que nous, les jeunes (je fais partie de la génération visée dans ce texte) nous n'avons pas de vue d'ensemble, nous sommes au sein même de cette époque. Mais cela à un effet pervers. Hessel admet que notre société occidentale est complexe et difficile à comprendre. Il aborde donc des problèmes extérieurs : les conflits étrangers ! Cela voudrait-il dire que, lui-même ne comprend pas les enjeux de notre temps ? Il nous incite à nous mobiliser dans des conflits étrangers. Ils sont, effectivement, plus facilement compréhensibles, puisqu'il y a deux camps qui s'opposent comme durant les guerres mondiales. Mais avant de s'occuper des problèmes des autres pays, il faut régler les nôtres. Sinon quelle valeur nos conseils auront-ils ?

 

L'objectif du livre est bon. Il est vrai que nous sommes de plus en plus passifs face à la vie politique de notre temps. Mais que fait-il de toutes les grèves et manifestations françaises ? N'est-ce pas de l'indignation ? Que pouvons-nous faire de plus dans le cadre d'une "insurrection pacifiste" ?

 

 

Pour conclure, je dirais que ce livre est un échec quant à son objectif de toucher les jeunes. Les lycéens et étudiants, dont je fais partie, ne sont pas touché par ce texte, trop éloigné de leurs préoccupations. Les problèmes étrangers sont une chose, certes grave, mais trop éloignée de nous. Je dirais que ce livre a, au moins réussi à relancer le débat, essentiellement pour les personnes entrées dans la vie active, mais qu'il a surtout la valeur d'un discours de mémoire, historique.

 

Bien sûr, ceci n'est que mon ressentie, je vous laisse vous faire votre propre avis.

 


 

 

 

Liens :

www.indigene-editions.fr

Partager cet article
Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 11:56

 

Voilà un auteur français qui cartonne ! Et à juste titre, car son style d'écriture est particulièrement beau et prenant.

 

 

philippe-claudel.jpgPhilippe Claudel est né en 1962 en Meurthe-et-Moselle. Il est d'abord enseignant, dans des lieux aussi divers qu'une prison, un centre pour handicapés moteurs et l'université de Nancy. Après son premier roman Meuse l'oubli paru en 2000, il ne cesse d'écrire. Et le succès est au rendez-vous : En 2000 J'abandonne remporte le prix France Télévision, en 2003 il reçoit la bourse Goncourt de la nouvelle pour Les petites mécaniques. Le livre dont je vais vous parlez, Les âmes grises, a reçu le prix Renaudot en 2003 et a été nominé au prix Goncourt. Vous trouverez la bibliographie complète de cet auteur en fin d'article. Enfin en 2008 il réalise son premier film : Il y a longtemps que je t'aime avec Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein.

 

Cette auteur et réalisateur frappe par son style d'écriture simple, voir dénudé et parfois elliptique, ce qui met en valeur les sentiments. Il considère le lecteur comme assez intelligent pour comprendre par lui-même. Ce qui est bienvenue et nous change de certains autres auteurs. Tout y est dit en finesse et poésie. Ce qui n'empêche pas que les thèmes soient souvent autour de la médiocrité et des faiblesses humaines toujours décrites avec compassion et empathie. Les lieux de ces romans sont souvent situés en Lorraine, lieu de ses racines. Claudel écrit d'abord pour la mémoire et ensuite sur les travers de l'Homme.

 

 

livre ame grise

J'en viens enfin à l'oeuvre en elle-même : Les âmes grises se déroule bien sur en Lorraine, dans un petit village en lisière du Front pendant la guerre 14-18. L'histoire nous est racontée par un narrateur interne dont on apprend qu'au cours du roman qui il est. Il commence par raconter la découverte du corps de la jeune fille de l'aubergiste, âgée de 10 ans et surnommée "belle de jour" tellement elle était belle. Mais l'enquête autour de ce crime n'est qu'un prétexte pour raconter la vie du village, qui tente d'oublier la guerre, et celle d'hommes meurtris et/ou meurtriers. Que l'on juge ou que l'on condamne les personnages, Claudel décrit les comportements bon ou mauvais avec compassion. D'où le titre de l'oeuvre, les âmes grises, expliquer par cette phrase : "Rien n'est ni tout noir, ni tout blanc, c'est le gris qui gagne. Les hommes et leurs âmes, c'est pareil... T'es une âme grise, joliment grise, comme nous tous..." (Les âmes grises p134 livre de poche).

 

 

Je ne vous en dirais pas plus car ce livre fait parti des romans dont on doit préserver l'histoire pour le savourer à la lecture. D'autant que la fin est surprenante.

 

 

Ce livre a été adapté au cinéma en 2005 par Yves Angelo, en collaboration avec l'auteur. Jean-Pierre Marielle, Jacques Villeret, Denis Podalydès et Marina Hands se répartissent les rôles principaux.

Voici la bande annonce :

 

 

 

Je n'ai pas encore vu le film, mais ca ne saurait tarder. Je me demande s'ils ont pu conserver le secret du narrateur : Qui raconte et pourquoi ? Enfin, je conseille de lire le livre avant de voir l'adaptation. Ne serait-ce que pour le plaisir du style d'écriture de Claudel, mais aussi parce qu'une adaptation ne peut jamais retransmettre tout les détails d'une ouvrage. Mais cela reste un point de vue personnel et voir une adaptation peut permettre à certain de prendre l'envie de lire l'oeuvre. Seulement puisqu'il s'agit d'une enquête, voir même de plusieurs, il est peut-être mieux de lire le roman avant de voir le film.

Autre conseille : on ne peut pas qualifier l'histoire de divertissante et joyeuse. A vous de choisir le moment opportun si vous voulez la lire ou la voir.

 

afficheamesgrises.jpg

 

 

Bibliographie :

- 2000 Meuse l'oubli

- 2000 Le Café de l'Excelior

- 2000 Barrio Flores

- 2000 J'abandonne

- 2000 Quelques uns des cents regrets

- 2001 Au revoir Monsieur Friant

- 2002 Le Bruit des Trousseaux

- 2002 Nos si proches orients

- 2003 Les petites mécaniques

- 2003 Trois petites histoires de jouets

- 2003 Mirhaela

- 2003 Les âmes grises

- 2005 La petite fille de Monsieur Linh

- 2006 Le monde sans les enfants et autres histoires

- 2007 Le rapport de Brodeck

- 2010 L'enquête

 

 

Sources :

- www.lelivredepoche.com/livre-de-poche-3109089-philippe-claudel-les-ames-grises.htlm

- www.linternaute.com/sortir/auteurs/philippe-claudel/index.shtlm

- www.evene.fr/celebre/biographie/philippe-claudel-14999.php

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 09:39

Voici un roman qui me tient à coeur : L'Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon.

 

Comment vous expliquez ? Comment expliquer la magie d'un livre ?

L'histoire de ce livre est l'histoire d'un autre livre. Oui, enfin, cela reste réducteur et mystérieux. Mais cette phrase a le mérite de transmettre un peu de la magie du roman.

 

rafon.jpg

 

Je vais être plus explicite maintenant : Daniel Sempere, le narrateur, a 10 ans quand le récit commence. Sa mère est morte depuis longtemps et il vit au milieu des livres de son père, libraire dans la Barcelone de l'après-guerre civile. Ce matin là, Daniel a peur d'avoir oublié le visage de sa mère. Son père l'emmène donc dans un lieu secret et mystérieux du quartier gothique : Le Cimetière des Livres Oubliés. Dans cet immense labyrinthe la tradition veut que chaque nouvel initié y "adopte" un livre, afin de lui permettre de revivre. C'est ainsi que Daniel rencontre le livre dont il eu "la certitude [qu'il l'avait] attendu pendant des années, probablement bien avant [sa] naissance." Ce livre c'est L'Ombre du vent d'un auteur inconnu : Julian Carax. Tout au long de sa vie, ce livre va entrainer Daniel dans un enchevêtrement d'aventures, d'enquêtes et de secrets.

 

 

Ce roman de Ruiz Zafon est, à mon sens, un bijou littéraire. Dans la lignée des romans gothiques du XIXème siècle, il évoque le genre du roman d'apprentissage, mais l'auteur y associe un langage moderne, celui des images, des effets audiovisuels. Ici le réel se mêle parfaitement au récit fantastique. Ce livre m'a énormément plus car l'auteur arrive à mêler inextricablement la littérature et la vie.

 

L'Ombre du vent est sortie en 2006 en Espagne. Je l'ai découvert récemment par le biais d'un ami qui me l'a prêté. Je suis bien obligée de lui rendre, donc je vais l'acheter, car c'est un livre à lire et relire. Il faut l'avoir à porter de main. Après cette découverte je me suis intéressée à l'auteur, totalement inconnu pour moi.

 

 

Carlos-Ruiz-Zafon.jpgCarlos Ruiz Zafon est un écrivain catalan, né à Barcelone en 1964. A 14 ans, il écrit son premier roman. Après un bref passage dans le monde de la publicité, il retourne à l'écriture. En 1993, il publie son premier roman, El Principe de la Niebla, qui reçoit le prix Edebé, prix de littérature jeunesse espagnol. Ce premier roman est suivi de El Palacio de la Medianoche et Las Luces de Septiembre avec lesquels il forme la trilogie La Trilogia de la Niebla. Il écrit un autre roman jeunesse Marina avant de passer aux romans adultes en 2001 avec L'Ombre du vent. Le succès est immense : c'est le plus grand succès espagnol depuis Don Quichotte. Il a reçu les prix Planeta (Espagne), le Meilleur livre étranger-roman (France 2004), les Amis du scribe (France 2005), Michelet (France 2005), et Livre de poche (France 2006). L'Ombre du vent a été traduit dans une quarantaine de langues et vendu à plus de douze millions d'exemplaires dans le monde. On retrouve l'univers de ce roman dans celui qui suit : Le Jeu de l'ange, best-seller lui aussi. Depuis 1994, Carlos Ruiz Zafon vit à los Angeles où il est scénariste.

 

 

Voilà, j'espère que vous êtes aussi convaincu que je le suis. Pour les petits lecteurs, l'importance du volume peut faire peur. Il est vrai que le roman fait dans les 600 pages. Mais ce n'est pas un livre à lire d'une traite. Il se savoure, se lit au rythme de la vie. Nous même, durant la lecture, mêlons le fantastique au réel. De plus, le niveau de langage n'est pas difficile et le style d'écriture garde la fantaisie et la facilité d'accès des romans jeunesses écris par Zafon. Même s'il ne convient pas à un lecteur débutant, un lecteur moyen peut se l'approprier facilement et, pour un lecteur confirmer, ce livre sera un vrai délice.

 

 

 

Sources :

www.lejeudelange.fr

www.carlosruizzafon.com

Partager cet article
Repost0