Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de youpidou.over-blog.fr
  • : Voici un blog présentant les découvertes culturelles de youpidou, jeune et joyeuse étudiante parisienne, aimant la littérature, le cinéma et les arts. Vous trouverez ici de quoi vous donner des idées de lecture, chose à voir ou à faire.
  • Contact

Ce que je lis en ce moment

 

9782253125723FS.gif

 

Le rapport de Brodeck,

de Philippe Claudel,

aux éditions Le Livre de Poche.

Recherche

Archives

30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 15:22

Ca fait un moment que je ne vous ai pas parlé de film. Ce n'est pas que je n'en ai pas vu, au contraire, mais je n'avais rien d'intéressant à dire sur ceux que j'ai vu.

Toutefois, si cela vous intéresse, je peux créer un article "ce que j'ai vu dernièrement" sur le modèle de celui de la rubrique "ce que je lis en ce moment". J'attends vos commentaires à ce sujet.

 

Je vais donc vous parler du film de David Fincher : The Social Network.

 

affiche-Social-Network.jpg

 

Personne n'a pu échapper au phénomène Facebook. Même si on n'y est pas inscrit on connait tous quelqu'un qui l'est. Alors faire un film sur le créateur du site était une idée géniale car on sait peu de chose sur lui. Je sais : contradictoire avec le principe du site. Enfin, avant d'analyser le film, je vais vous raconter un peu l'histoire :

 

Mark Zuckerberg est étudiant à l'université de Harvard. Le soir où il se fait plaquer par sa copine, il pirate le système informatique de Harvard et crée le site Facemash, qui regroupe les photos de toutes les filles de l'université et permet de voter pour la plus belle. Le site engendre tellement de trafic en une nuit qu'il détruit le système informatique de Harvard. Ce site est le précurseur de Facebook, qui est mis en ligne quelques mois après Facemash, au début de l'année 2004. A l'origine étant destiné au seul campus de Harvard, Facebook prend tellement d'importance qu'il se propage aux autres universités des Etats-Unis. C'est ce succès fulgurant qui entraine deux procès : les frères Winklevoss revendique la paternité du projet, et le meilleur ami de Mark, Eduardo Saverin, premier investisseur, réclame sa part de la société. Alors jalousie ou trahison ? Mark Zuckerberg est-il un génie ou un usurpateur ?

 

 

Le film ne fait pas que raconter la création de Facebook, il présente cette création sous trois points de vue différents. A nous de choisir pour quel personnage on prend parti. Le film pose les questions soulevées par les deux procès et raconte les tensions entre les différents acteurs du projet Facebook. Aucun personnage n'est exclusivement bon ou mauvais. Ils cherchent tous la gloire et le profit. Le film est assez ironique car on découvre que l'outil qu'est Facebook, qui permet de connecter tant de gens, brise l'amitié des deux créateurs. De même, on sait peu de chose sur eux, alors même que Facebook permet un certain voyeurisme.

 

the_social_network_casts.jpg

Jesse Eisenberg, Andrew Garfield, Justin Timberlake, David Fincher et Aaron Sorkin.

 

Sur un scénario de Aaron Sorkin, The social network a été réalisé par David Fincher, connu pour ses thrillers (Alien 3, Seven, Fight Club, Panic room, Zodiac,...). Le film a donc été traité comme un film à suspens. La bande son est d'ailleurs génial. Elle a reçu l'Oscar de la meilleure musique. Le film a d'ailleurs aussi remporté l'Oscar du meilleur scénario et du meilleur montage, et le César du meilleur film étranger. Pour ce qui est du casting, se sont de jeunes acteurs qui ont été choisis. Dans le rôle de Mark Zuckerberg, on trouve Jesse Eisenberg qu'on a pu voir dans Village ou Adventureland. Le rôle d'Eduardo est tenu par Andrew Garfield, qui s'est fait connaitre avec Boy A, et la série The Red Reading Trilogie. Dans le rôle de Sean Parker, l'inventeur de Napster, on reconnaitra Justin Timberlake, le célèbre chanteur.

 

Mark-Zuckerberg-Facebook-Founder.jpg

Mark Zuckerberg, créateur de Facebook.

 

Le film nous aide à prendre un peu de recul par rapport à la technologie que nous utilisons au quotidien. On se rend compte que c'est une invention et pas seulement un site. On se rend compte aussi de la révolution que le web 2.0 a été. Mais surtout on prend conscience que l'histoire de Facebook n'est pas finie et que c'est nous qui la continuons.

 

 

Alors je conseille de voir ce film, car, qu'on le veuille ou non, le web fait désormais parti de l'histoire de nos sociétés.

 

 

Lien :

www.thesocialnetwork-movie.com

 

source :

www.allocine.fr/fiche/fichefilm_gen_cfilm=147912.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


Une autre rubrique "ce que j'ai vu dernièrement" sur le modèle de celui de la rubrique "ce que je lis en ce moment"...


Moi je déborde déjà, je n'arrive pas à suivre tous tes articles tellement tu fais de sorties


 



Répondre
S


Ha en voilà un que j’ai déjà vu… dans un avion sur le tout petit écran individuel
installé sur le siège juste devant moi…


 


Tout d’abord, bravo à David Fincher : le choix de Jesse Eisenberg dans le
rôle de Mark Zuckerberg… un nerd parfaitement représentatif!  Pour le reste, je n’ai vraiment pas été impressionné par le film, les prises, la musique
etc. Un film très moyen.


 


J’ai entendu beaucoup de gens dire que le comportement du fondateur était
écœurant… mais de là à ne plus utiliser Facebook… ha ça c’est une autre histoire… c’est quand même étonnant la nature humaine!  De mon côté c’est vrai
que sur le coup j’ai été déçue, mais avec le recul, finalement, je pense qu’il est tout simplement humain, jeune et inexpérimenté. Il est sans s’en rendre compte soumis à toutes sortes
d’influences: il vit entièrement dans sa société et ses façons de faire (de l’état de NY, état d’esprit liberté, réussite, tout est possible), nerd programmeur mathématicien doué (état
d’esprit Silicone Valley, réussite instantanée, argent, bourse),  dans l’univers des universités et grandes écoles (reconnaissance bafouée des
étudiants ), jeune (ce qui compte est de réussir pas dans la façon de faire pour réussir), sans compter qu’il est décrit timide et asocial, une autre pression pour avoir à  se démarquer...


 


De façon générale, qui n’a pas déjà eu le sentiment de s’être fait volé son idée?
Qui n’a pas déjà eu l’idée d’écrire un livre et ne l’avoir jamais fait alors que d’autres l’ont fait ? Ce n’est pas parce qu’on a une idée que d’autres n’en ont pas une semblable.
Certains  ont l’énergie et la capacité de la mette en œuvre d’autres non.  Je me fais un peu l’avocate du
diable en disant cela parce que je ne nie pas le fait que Zuckerberg a été contacté pour « faire un travail », l’idée existait donc déjà à l’état de projet, ce n’était pas juste une
idée en l’air ; elle a donc bien été volée. 


Dans le cas plus particulier des Universités et des Grandes Écoles (et bien
d’autres secteurs), n’est-ce pas un fait établi que les idées des étudiants soient systématiquement (ou presque)  volées ?  Quand un étudiant fait une recherche et écrit ses conclusions, en cas de succès, n’est-ce pas, par défaut, au chercheur que le mérite est accordé ? Mon
point ici est que Zuckerberg est déjà dans un univers où l’exemple donné n’est pas des plus prestigieux. Une fois encore je me fais l’avocate du diable parce que c'est bien les raisons pour
lesquelles on fait les choses qui sont importantes, pas de faire comme les autres. Mais il reste qu’il est encore en « apprentissage » et suit l’exemple donné comme une
excuse.


Enfin, on insiste sur le fait que Zuckerberg serait un grand timide et qu’il
aurait du mal à se faire des petites amies. Une raison de plus qui fait que l’envie doit le démanger de vouloir se faire remarquer et aussi régler ses comptes non pas en personne mais par
l’intermédiaire d’un ordinateur.


 


Bref, c’est vrai que d’autres sont dans sa situation et que ces autres n’ont pas
volé d’idées à leurs semblables. Mais peut-être que tous ces autres non pas non plus son énergie, sa capacité, sa détermination, son audace, son intelligence…  reste que chacun à droit à sa part du gâteau et finalement chacun l’a obtenue.


 


Enfin, ceci reste un film, pas un documentaire, quel est le % de vérité dans
l'intrigue du film?


 


PS : Du même réalisateur, tu en parles dans ta présentation, fight club est vraiment un film à voir (pour moi sans contexte bien meilleur que the social network).



Répondre